L’IMRB

L’Institut Mondor de Recherche Biomédicale (IMRB, U955 InsermUniversité Paris Est Créteil, UPEC) est l’un des principaux pôles de recherche biomédicale de l’Est francilien avec un rayonnement national et international. Les équipes de recherche développent une recherche translationnelle de haut niveau dans des domaines très variés en liaison directe avec les services de soins et un grand nombre de cohortes de patients.

 

L’IMRB a été créé en 2009 et évalué récemment avec succès dans le cadre de la dernière vague E du HCERES. Il a été recréé par l’Inserm et l’UPEC pour 5 ans à partir du 1er janvier 2020. Il comporte presque 600 personnes appartenant à 14 équipes de recherche, un Secrétariat Général en charge de la gestion de l’Institut, du support logistique des équipes et des plateformes technologiques.

 

Les équipes de recherche sont structurées en 3 départements : « Virus, Immunité, Cancer » (VIC, 5 équipes) ; « Neurosciences et psychiatrie » (ESPRY, 3 équipes), et « Physiopathologie des maladies cardiovasculaires et respiratoires, développement et sénescence » (PHYDES, 6 équipes).

 

La direction de l’IMRB s’appuie sur un Conseil de Direction et un Conseil de Centre composé des responsables d’équipe et des élus de chaque catégorie de personnel : Chercheurs & Enseignant-Chercheurs, Personnel d’Appui à la Recherche et Doctorants & Post-doctorants (Figure ppt). Un groupe de travail Intégrité scientifique assiste le directeur dans son domaine de compétence. Un Grant office apporte son soutien aux chercheurs pour la détection des Appels à projets et pour leurs candidatures. Des groupes de travail (Cellules) issus des assembles générales des personnels et animés par leurs représentants sont en charge des différents aspects de la vie de l’IMRB : Animation scientifique, Intégrité scientifique, Relations internationales, Grant Office, Stratégie, Prévention, Suivi des jeunes chercheurs, Vie de l’Institut, Réseau des anciens.

 

La production scientifique de l’IMRB sur les 5 dernières années s’élève à près de 3500 articles originaux et lettres avec 4 publications par an et par équivalent temps plein (3 en moyenne pour la vague E) et avec un index de citation normé moyen de 2,4 (1,9 en moyenne pour la vague E), et 40 brevets.

Dans le domaine de la formation et dans la même période, l’IMRB a assuré le passage de 110 thèses d’université. Les équipes de l’IMRB sont investies dans plusieurs projets européens et font état de 150 collaborations internationales avec des laboratoires du monde entier, principalement européens et américains.

 

Les principaux atouts de l’IMRB sont :

 

– Une implantation au centre d’un pôle fort de santé et de recherche clinique incluant 3 hôpitaux, un CHU vétérinaire, un Centre d’Investigation Clinique généraliste et labellisé Biothérapie, un Centre de Ressource Biologique, l’unité de thérapie cellulaire de l’Etablissement Français du Sang, ainsi que 8 centres de référence maladies rares et 1 centre national de référence (CNR Hépatites B, C et delta ). A cela s’est ajouté en 2011 et 2012 la création de 3 départements Hospitalo-Universitaires (DHU) (sur 3 demandés) faisant partie des 16 DHU accordés par l’Assistance Publique-Hopitaux de Paris, l’Inserm et les universités parisiennes. Ces trois DHU ont assuré la visibilité des axes forts du site de Créteil dans le domaine de la santé et ont été à l’origine des trois départements qui composent l’IMRB. Ces DHU sont arrivés à échéance en 2019. Dans leur suite, 3 Fédérations Hospitalo-Universitaires (FHU) ont été créées sur notre site (sur 3 demandées) par les mêmes institutions que les DHU. Ces FHU émanent de la matrice créée par les DHU et ont pour thématique la recherche sur les maladies psychiatriques (FHU ADAPT, Responsable M. Leboyer), les maladies cardiométaboliques et la sénescence (FHU SENEC, Responsable G. Derumeaux) et les maladies inflammatoires et auto-immunes (FHU TRUE, Responsable P. Grimbert).

 

– L’obtention de financements en réponse à des appels d’offre nationaux et internationaux structurants, notamment le Réseau Hospitalo Universitaire (RHU) CARMMA et l’École Universitaire de Recherche (EUR) « LIVE » (tous les deux coordonnés par G Derumeaux), l’EUR « FrontCog » (participation de l’équipe d’AC Bachoud-Levi), le pôle stratégique « Translamuscle » de l’Association Française de lutte contre les myopathies (F. Relaix), et la participation au Conseils Scientifiques des DIMs OneHealth et QI2 de la Région Ile de France (équipes JD Lelièvre, JM Pawlotsky et J. Boczkowski/S. Lanone). De plus, les équipes de l’IMRB coordonnent 3 projets européens : l’Europen HIV Alliance (équipe JD Lelièvre), l’IMI Cardiateam (équipe G Derumeaux) et le projet H2020 Remedia (équipe S Lanone).

 

Ces projets font suite à l’obtention entre  2010 et 2015 de plusieurs financements en réponse à des initiatives d’excellence notamment, le RTRS (Réseaux Thématiques de Recherche et de Soins) « Fondamental » (Pr M. Leboyer), la coordination du Labex « Vaccinal Research Institute » (Pr Y. Levy), la coordination de la cohorte Psy-COH, et la participation aux labex « Biopsy » (Pr M. Leboyer), « Institut d’Etude Cognitive » (Pr AC Bachoud-Levi), « Serenade » (Pr J. Boczkowski) et à l’Institut Carnot (CALYM) (Pr P. Gaulard)

 

– L’accès à des plateformes technologiques de génomique et séquençage à haut débit, de bio-informatique, d’imagerie, de cytométrie en flux et d’exploration préclinique Ces plateformes, sauf la bio-informatique, possèdent la certification Iso 9001. Elles sont équipées avec du matériel de dernière génération témoignant d’une volonté affirmée de la direction de l’IMRB d’être à la pointe des innovations technologiques au service des chercheurs de l’Institut.

 

L’amplification des atouts de l’Institut, avec notamment le développement d’un thème transversal regroupant une majorité d’équipes autour de la thématique « maladies et agressions environnementales » (pollutions, infections, alimentation, stress psychosocial et expositions professionnelles) constitue l’axe d’évolution pour les prochaines années. L’IMRB s’inscrit ainsi dans la politique d’établissement de l’UPEC, notamment dans l’axe thématique Santé, Société, Environnement et dans une logique de rapprochement synergique avec l’ENVA et l’ANSES autour de la thématique « One Health ».

 

Cette évolution thématique sera accompagnée par la construction d’un nouveau bâtiment de recherche biomédicale sur le campus de Mondor (4000 m2) qui permettra de renforcer le potentiel scientifique de l’IMRB en améliorant les conditions d’installation de certaines équipes existantes, en accueillant des nouvelles équipes et en installant des nouvelles plateformes et plateaux techniques.

 

Chiffres clés

Equipes de recherche

14
Effectif de 600 collaborateurs

180
hospitaliers universitaires
24
chercheurs des EPST
56
post-doctorants
68
doctorants
96
ITAtitulaires
77
ITA contractuels
90
stagiaires

12 000m2
de laboratoire

150
collaborations internationnales

10
projets européens

3500+
articles en 5 ans

40
brevets dont 9 sous licence d’exploitation

2
Start-up