Bases génétiques et cellulaires de la mucoviscidose et des pathologies du surfactant

Contacts

Pascale Fanen Leader du groupe, PU-PH Pascale Fanen

Tél.: +33-(0)1 49 81 48 22
cmYubXJlc25pQG5lbmFmLmVsYWNzYXA=


Axes de recherche :

Notre équipe s’investit dans la compréhension des mécanismes qui contrôlent la variabilité phénotypique de la mucoviscidose et dans l’étude des bases moléculaires des maladies du surfactant. Notre recherche translationnelle est à l’interface de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée. Nous contribuons à la recherche dans le domaine de la mucoviscidose depuis 20 ans, et nous avons élargi nos recherches aux maladies du surfactant depuis 7 ans. Nos principaux objectifs sont d’identifier de nouveaux gènes impliqués dans ces pathologies, qu’ils soient directement responsables ou seulement modulateurs de l’expression phénotypique, de comprendre les mécanismes moléculaires conduisant à l’expression des phénotypes pathologiques et de trouver de nouvelles cibles thérapeutiques pour se diriger vers une thérapie personnalisée.

 

Pour analyser les conséquences des mutations des gènes d’ores et déjà impliqués dans la pathologie (CFTR pour la mucoviscidose ; ABCA3, SFTPB, SFTPC et NKX2-1 pour les pathologies du surfactant), nous utilisons des tests fonctionnels que nous faisons évoluer en permanence. La recherche de nouveaux gènes repose sur des approches Whole Exome Sequencing (WES) et de RNAseq associées à leurs analyses bioinformatiques. Concernant le gène NKX2-1, qui code un facteur de transcription clé pour le développement pulmonaire et le fonctionnement des cellules alvéolaires nous initions de nouveaux projets visant d’une part à évaluer si la régulation du gène dépend d’ARNs non-codants, et d’autre part à analyser finement avec des outils relevant de protéomique quelles sont les conséquences structurales et fonctionnelles dans la cellule de l’expression de formes mutantes de la protéine NKX2-1.

 

Principaux résultats :

 

Mise en place d’une nouvelle stratégie, qui combine des analyses in silico et in vitro pour anticiper l’apparition de mutations “splicing-causing” dans les exons CFTR ;

Première description du mécanisme moléculaire d’une mutation exonique de SFTPC, qui a permis de démasquer un défaut d’épissage ;

Expansion du spectre phénotypique de la maladie pulmonaire interstitielle due à des mutations NKX2-1 ;

Repositionnement d’un médicament : Effet anti-inflammatoire indépendant de la voie COX du Sulindac dans la mucoviscidose ;

Premières preuves de l’effet anti-inflammatoire du COMMD1 dans les cellules bronchiques.

Share

Publications récentes

Nattes E, Lejeune S, Carsin A, Borie R, Gibertini I, Balinotti J, Nathan N, Marchand-Adam S, Thumerelle C, Fauroux B, et al. Heterogeneity of lung disease associated with NK2 homeobox 1 mutations.

Respir Med 2017; 129:16–23.

Delestrain C, Simon S, Aissat A, Medina R, Decrouy X, Nattes E, Tarze A, Costes B, Fanen P, Epaud R. Deciphering the mechanism of Q145H SFTPC mutation unmasks a splicing defect and explains the severity of the phenotype.

Eur J Hum Genet 2017; 25:779–82.

Rocca J, Manin S, Hulin A, Aissat A, Verbecq-Morlot W, Pruliere-Escabasse V, Wohlhuter-Haddad A, Epaud R, Fanen P, Tarze A. New use for an old drug: COX-independent anti-inflammatory effects of sulindac in models of cystic fibrosis.

Br J Pharmacol 2016; 173:1728–41.

Epaud R, Delestrain C, Louha M, Simon S, Fanen P, Tazi A. Combined pulmonary fibrosis and emphysema syndrome associated with ABCA3 mutations.

Eur Respir J 2014; 43:638–41.

Aissat A, de Becdelièvre A, Golmard L, Vasseur C, Costa C, Chaoui A, Martin N, Costes B, Goossens M, Girodon E, Fanen P, Hinzpeter A. Combined Computational-Experimental Analyses of CFTR Exon Strength Uncover Predictability of Exon-Skipping Level.

Hum Mutat. 2013 Jun;34(6):873-81.

de Becdelièvre A, Rocca J, Aissat A, Drévillon L, Moutereau S, Le Gouvello S, Hinzpeter A, Tarze A, Fanen P. COMMD1 modulates noxious inflammation in cystic fibrosis.

Int J Biochem Cell Biol. 2013 Nov;45(11):2402-9.