NeuroPsychiatrie Translationnelle

Contacts

Marion Leboyer Responsable Marion Leboyer

Tél.: +33-(0)1 49 81 30 51
cmYubXJlc25pQHJleW9iZWwubm9pcmFt


-INFOS PRATIQUES

 

Organigramme de l’équipe

 

Responsables de groupes :

BIOTHERAPIES : Stéphane PALFI : stephane.palfi@aphp.fr
ENVIRONNEMENT : Franck SCHURHOFF, : franck.schurhoff@inserm.fr
GENOMIQUE : Stéphane JAMAIN : stephane.jamain@inserm.fr
IMAGERIE : Josselin HOUENOU : josselin.houenou@inserm.fr
IMMUNOPSYCHIATRIE : Ryad TAMOUZA : ryad.tamouza@inserm.fr

 

Plan d’accès vers la faculté de santé de Créteil
Plan d’accès vers l’hôpital Albert Chenevier


ACTUALITES

 

Félicitations à Marion LEBOYER qui remporte le Grand Prix Inserm 2021! Le Grand Prix récompense le caractère novateur de ses travaux en particulier sur les troubles bipolaires, la schizophrénie et les troubles du spectre de l’autisme.
En savoir plus

(0712/2021)

 

 

Immuno-Psychiatry : Facts and prospects, livre paru chez l’éditeur Springer et dont les auteurs sont Michael Berk, Marion Leboyer et Iris Sommer. Ce livre présente un examen approfondi et critique des connaissances actuelles sur le rôle de l’immunologie dans les principaux troubles psychiatriques et ses applications potentielles.

En savoir plus

(25/11/2021)

 

 

 

Félicitations à Pauline Favre, nouvellement recrutée en qualité de chargée de recherche à l’Inserm au sein de l’équipe de Marion Leboyer!

(1er octobre 2021)

 

 

Interview du Pr. Marion Leboyer (IMRB-U955, équipe Leboyer) pour l’Institut Montaigne : La santé mentale des jeunes Français se dégrade selon une enquête IPSOS réalisée pour la Fondation FondaMental (29 avril 2021)

 

 

 

 

Félicitations à Ophélia Godin, nouvellement recrutée en qualité de chargée de recherche à l’Inserm au sein de l’équipe de Marion Leboyer! (1er décembre 2020)

 

 

 

 


PRÉSENTATION DE L’ÉQUIPE

 

Les troubles psychiatriques représentent un des principaux défis de santé publique du 21 ème siècle, car ils contribuent de façon importante à la charge mondiale de morbidité et ont un impact profond sur le bien-être social et économique des individus. Dans l’Union européenne, on estime que plus de 80 millions de femmes et d’hommes de tous âges souffrent d’une forme de maladie mentale, ce qui signifie que les problèmes de santé mentale vont affecter jusqu’à 27% de la population en général à un moment donné au cours de leur vie et. Selon une étude de la Banque mondiale, les troubles mentaux sont aujourd’hui la principale cause d’invalidité dans le monde entier et un enjeu

 

En combinant plusieurs approches comme la génétique, l’immunologie, l’imagerie cérébrale, l’étude de l’environnement et des biothérapies, notre équipe vise à améliorer la compréhension des processus physiopathologiques sous-tendant de troubles psychiatriques majeurs, à identifier des marqueurs biologiques dans le but d’améliorer la précision du diagnostic et du pronostic des maladies psychiatriques et de développer des stratégies thérapeutiques innovantes. Nous travaillons sur des troubles psychiatriques majeurs, tels que le trouble bipolaire, la dépression résistante, la schizophrénie, les troubles du spectre de l’autisme, les comportements suicidaires et les addictions.

 

Étroitement liée à un grand département de psychiatrie et addictologie (DMU IMPACT), situé sur trois hôpitaux à l’hôpital Albert Chenevier, Emile Roux et Henri Mondor (de www.psymondor.aphp.fr), notre laboratoire est situé:

 

  1. – pour les explorations génétiques et immunologiques  à la Faculté de Santé de l’Université Paris Est Créteil (Hôpital Henri Mondor, Créteil)
  2. – pour l’imagerie cérébrale, à Neurospin (Centre d’Energie Atomique, Saclay)
  3. – pour les évaluations cliniques, les études épidémiologiques et statistiques à l’hôpital Albert Chenevier, Créteil.

 

Notre laboratoire bénéficie également de plusieurs infrastructures, financées avec succès par le ministère français de la recherche ou par le Programme Investissement d’Avenir :

 

  1. – une fondation de coopération scientifique, la fondation FondaMental (fondation-fondamental.org)
  2. – une cohorte suivante 1000 patients atteints de troubles bipolaires ou de schizophrénie (https://www.fondation-fondamental.org/psy-coh-bp-live),
  3. – un département médico universitaire (DMU IMPACT) et une fédération de Médecine de Précision en Addictologie et Psychiatrie (https://www.fhu-adapt.org/en/)

 

 

 

 

En savoir plus sur Marion LEBOYER

Short biography – Avril 2022

 

 

 


PROJETS DE RECHERCHE

 

Les gènes et l’organisation et la fonction synaptique
La plupart des études génétiques menées récemment sur les principaux troubles psychiatriques a montré l’importance des synapses dans le aetiopathology de la maladie. Basé sur l’exploration à haut débit génétique (études d’asFig1 site web -Eq15sociation pangénomique, l’analyse des variations du nombre de copies, l’analyse du transcriptome, etc.), nous avons identifié sous forme d’apparition précoce des troubles bipolaires, des mutations fonctionnelles dans les gènes impliqués dans la formation des synapses et de la fonction. Le but de ce projet est de poursuivre le dépistage de la mutation dans les grandes cohortes de patients atteints de trouble bipolaire, la schizophrénie, ou d’autres troubles psychiatriques, et de déterminer l’impact fonctionnel de mutations associées à ces troubles. Cette exploration combine une caractérisation clinique des patients porteurs de mutations (imagerie cérébrale, électroencéphalographie, émotionnel hyper-réactivité, etc.), l’analyse de l’organisation moléculaire et les fonctions synaptiques dans des modèles cellulaires et les études comportementales de modèles animaux. En parallèle, nous continuons l’exploration génétique à haut débit de troubles psychiatriques dans le but d’identifier des marqueurs biologiques pour la réponse de diagnostic ou de traitement.

 

Immuno-inflammation dans les principaux troubles psychiatriques
Des études génétiques et physiologiques récentes suggèrent qu’une grande partie des principaux troubles psychiatriques tels que le trouble bipolaire et la dépression, la schizophrénie et les troubles du spectre autistique sont le résultat de processus dysimmunes. . Cette percée majeure devrait aider à la découverte de biomarqueurs et de facteurs de risque environnementaux, la description des voies et des traitements innovants. Le modèle en cours d’exploration dans notre laboratoire (hypothèse que l’interaction entre les infections précoces et variantes immuno-génétique fonctionnels associés à des troubles psychiatriques sont responsables d’une réponse anti-infectieux insuffisant, conduisent à une inflammation de bas grade qui augmente la perméabilité de hémato-encéphalique et barrières digestifs menant à central et des anomalies auto-immunes périphériques et à la réactivation endogène de rétro-virus.
Le long de cette voie, nous travaillons sur l’association avec la stigmatisation infectieuse, la caractérisation de l’immuno-génétique fond (TLR, NOD, HLA / MHC), l’identification de marqueurs inflammatoires périphériques et leurs corrélats cliniques / cognitifs, des auto-anticorps périphériques et centraux, digestive anormale piste (microbiote). En plus d’explorer de nouvelles voies, notre objectif est d’être en mesure de développer des biomarqueurs pertinents et d’identifier en outre des médicaments qui vont contrecarrer ce statut de l’activation immunitaire.
Pour développer le domaine de l’ “Immuno-psychiatrie”, plusieurs projets en cours sont financés par l’Agence Nationale de la Recherche au sein de la collaboration nationale avec Ryad Tamouza (hôpital Saint-Louis, Paris), Jérome Honnorat (CHU Lyon), Laurent Groc (Institut Magendie, Bordeaux ), Nicolas Glaichenhaus (Sofia Antipolis, Nice) ainsi que la collaboration internationale avec la fondation Stanley (J Hopkins, Baltimore, Etats-Unis) ou JIPMER (Inde).

 

Programme environnement et pathologies psychiatriques
L’objectif de ce programme est d’identifier l’impact des facteurs environnementaux sur les pathologies psychiatriques (augmentation du risque, modification du cours évolutif de la maladie, comorbidités) et comprendre leurs mécanismes d’action.
L’étude de l’influence des facteurs de risque environnementaux dans les troubles mentaux est un enjeu majeur de santé publique du fait de la grande fréquence d’exposition de la population à certains de ces facteurs (pollution de l’air, cannabis, …) et des possibilités de mettre en place des mesures de prévention.
Dans ce cadre nous avons :
– contribué à l’identification de facteurs environnementaux de risque et modificateurs : âge paternel avancé (1), traumatismes infantiles (2), urbanicité (3), appartenance à une minorité éthnique (4), cannabis (5).
– précisé la fréquence des principales comorbidités physiques, et analysé leurs déterminants
– contribué aux débats théoriques actuels sur l’étiologie des troubles psychiatriques complexes en introduisant la notion de facteurs de variabilité (6) et un questionnement sur les stratégies de prévention (7).
Dans la continuité de ces contributions, nos recherches se concentrent actuellement sur :
– l’exploration des mécanismes par lesquels les facteurs identifiés augmentent le risque de maladies psychiatriques (ex. pollution de l’air et rôles de facteurs de stress psycho-sociaux pour l’urbanicité ; défaite sociale, discrimination pour appartenance à une minorité éthnique, etc.)
– identification de marqueurs biologiques associés à certains de ces facteurs et mécanismes (ex longueur des télomères (8).
– exploration des interactions gènes x environnement en collaboration avec les autres programmes (notamment immuno-psychiatrie et génétique).

 

L’imagerie cérébrale
Nous utilisons la neuroimagerie pour déchiffrer l’hétérogénéité des troubles psychiatriques (schizophrénie, trouble bipolaire, autisme de haut niveau). Nous visons à valider les dimensions cliniques pertinentes, ayant une base neuro-anatomique forte. En outre, nous cherchons à identifier des biomarqueurs qui seront finalement utiles pour le clinicien pour le diagnostic ou l’évaluation des patients. Nous utilisons la forte expertise de Neurospin, un neuro-imagerie installation de 200 personnes, dédiée à-IRM à haut champ. Pour remplir nos objectifs, nous utilisons deux stratégies concomitantes. La première utilise de très grands ensembles de données qui nous permettent de comparer la neuroanatomie des sous-groupes de patients: nous sommes co-leader du ENIGMA Bipolar Disorder DTI, qui est un très grand multi-site de méta-analyse de l’IRM (plus de 1000 patients) atteints de BD et des contrôles (http://enigma.ini.usc.edu/ongoing/enigma-bipolar-working-group/). Nous sommes également les coordinateurs d’une vaste étude multi-site, qui regroupe 7 sites en Europe et aux USA, visant à partager les données brutes IRM et cliniques des patients atteints de BD (nous avons à ce jour inclus plus de 400 patients). Dans ces deux études, nous prévoyons de comparer des sous-groupes de patients, en fonction de leurs caractéristiques cliniques. Notre deuxième stratégie est le phénotypage profonde des patients, en se fondant sur les évaluations approfondies menées dans les centres experts de la fondation FondaMental. Un exemple de cela est le projet réalisé en autisme de haut niveau: les patients sont analysés et largement évaluée (en utilisant eye-tracking, des mesures neuropsychologiques, prélèvement de sang …) et bénéficient d’une session de l’IRM qui inclut l’ensemble du cerveau IRM de diffusion (y compris avancée techniques de microscopie), état de repos et l’IRMf haute résolution T1. Nous serons ainsi en mesure d’effectuer les associations entre les caractéristiques cliniques, le suivi de l’oeil et de l’anatomie neurofonctionnelle au sein du groupe de patients. Un autre exemple est une vaste étude, nous commençons en 2015 à propos de la réactivité émotionnelle dans le trouble bipolaire dans lequel nous allons profondément caractériser les patients avec un trouble bipolaire et établir des corrélations entre leur niveau de réactivité et de neuroimagerie caractéristiques émotionnelles. Une telle stratégie devrait conduire à la validation de la réactivité émotionnelle comme une dimension pertinente de trouble bipolaire.

 

Le suivi de cohorte

Pour mieux comprendre l’hétérogénéité des pathologies psychiatriques, étudier les différentes trajectoires de maladie, et identifier des facteurs pronostic de l’évolution de la maladie, nous avons mis en place et suivi 4 cohortes de patients souffrant de pathologies psychiatriques sévère (trouble bipolaire FACE-BD, dépression résistance FACE-TRD, schizophrénie FACE-SZ et Asperger FACE-ASp). Ces cohortes dont les patients sont suivis pendant au moins 3 ans au sein des Centres Expert de la Fondation FondaMental (réseau de soin et de recherche national) regroupent aujourd’hui plus de 7000 patients avec une évaluation approfondie de la maladie comprenant des données cliniques (histoire de la maladie, diagnostique psychiatriques, antécédents psychiatriques et somatiques, évaluation dimensionnelle, traitements, bilan neuropsychologiques…) et biologiques (génétique, immunologie, métabolomique..) (1)(2). Parmi eux, environ 4000 patients ont eu au moins une visite de suivi et plus de 2000 au moins un prélèvement sanguins.

Ce suivi a déjà permis de démontrer l’efficacité d’une évaluation approfondie, systématique et spécialisée, permettant une diminution de la durée des hospitalisations, une amélioration du fonctionnement et de la qualité de vie, une réduction de la symptomatologie et des comorbidités et une réduction du cout associé (3). Des marqueurs cliniques prédisant les trajectoires de fonctionnement (4) ou d’adhérence au traitement ainsi que le risque de rechutes ont également déjà été identifiés (5). Des signatures immuno-inflammatoire de résistance au traitement, ou du syndrome métabolique ont été observées (6). La grande fréquence des comorbidités somatiques, en particulier le syndrome métabolique et les facteurs de risques cardiovasculaires ont été démontrés (7)(8) ainsi que leurs conséquences sur l’évolution de la maladie (9).


INFRASTRUCTURES

 

La fondation FondaMental (www.fondation-fondamental.org)

Cette fondation privée a été créé par le ministère français de la Recherche en 2007, dans le but d’améliorer le diagnostic précoce et la prévention de troubles psychiatriques sévères, de galvaniser la recherche en psychiatrie, pour améliorer l’éducation et la communication sur les troubles psychiatriques. En tant que tel, elle coordonne quatre réseaux nationaux de 35 centres spécialisés dans les troubles bipolaires, la schizophrénie, la dépression résistante et autisme de haut niveau. Chaque centre d’expertise est équipé avec des fichiers d’e-médicaux anonymes (bases de données de la FACE) permettant l’enregistrement systématique des données et le partage entre les centres avec de vastes évaluations psychiatriques, somatiques et cognitifs, afin de mettre en œuvre une approche personnalisée pour la prise en charge et le traitement de chaque patient, ainsi que des projets de recherche. Grâce aux liens étroits avec la fondation FondaMental, nous bénéficions de l’appui technique de plusieurs ingénieurs qui sont en charge de la construction et de la mise en œuvre informatique du fichier médical, la création et  la gestion de bases de données et des bio-banques.

Les programmes investissement d’Avenir

 

Le Labex Bio-Psy (paris-neuroscience.fr/fr/labex-bio-psy-laboratoire-de-psychiatrie-biologique-0)

En 2012, un laboratoire d’excellence, LABEX Bio-Psy (réseau d’excellence), a été créé visant à renforcer les liens entre les équipes de neurosciences de base et les réseaux nationaux de centres d’expertise afin d’améliorer notre capacité à identifier des biomarqueurs, de nouvelles voies biologiques et de nouvelles cibles thérapeutiques validées par des modèles animaux (PI JA Girault, PI à la recherche translationnelle, M Leboyer).

 

La cohorte Psy-COH

En 2014, une grande cohorte “Psy-COH” visant à suivre pendant 5 ans, 1 000 adultes atteints de trouble bipolaire, de schizophrénie et d’autisme de haut niveau, évaluées dans nos centres d’expertise (PI M Leboyer), a été lancé.


 

Share

Publications récentes

Vai B, Gennaro Mazza M, Delli Colli C, Foiselle M, Allen B, Benedetti F, Borsini A, Casanova Dias M, Tamouza R, Leboyer M, Benros ME, Branchi I, Fusar-Poli P, De Picker LJ. Mental disorders and risk of COVID-19-related mortality, hospitalisation, and intensive care unit admission: a systematic review and meta-analysis

Lancet Psychiatry . 2021 Jul 15;S2215-0366(21)00232-7.

De Picker LJ, Casanova Dias M, Benros ME, Vai B, Branchi I, Benedetti F, Borsini A, Leza JC, Kärkkäinen H, Männikkö M, Pariante CM, Sönmez Güngör E, Szczegielniak A, Tamouza R, van der Markt A, Fusar-Poli P, Beezhold J, Marion Leboyer. Severe mental illness and European COVID-19 vaccination strategies

Lancet Psychiatry . 2021 May;8(5):356-359

Godin O, Leboyer M, Belzeaux R, Bellivier F, Loftus J, Courtet P, Dubertret C, Gard S, Henry C, Llorca PM, Schwan R, Passerieux C, Polosan M, Samalin L, Olié E, Etain B; FondaMental Advanced Centers of Expertise in Bipolar Disorders (FACE-BD) Collaborators. Non-Alcoholic Fatty Liver Disease in a sample of individuals with Bipolar Disorders: Results From the FACE-BD Cohort.

Acta Psychiatr Scand . 2020 Oct 4. doi: 10.1111/acps.13239. Online ahead of print.

Godin O, Leboyer M, Mazroui Y, Aouizerate B, Azorin JM, Raoul B, Bellivier F, Polosan M, Courtet P, Dubertret C, Henry C, Kahn JP, Loftus J, Olié E, Passerieux C, Costagliola D, Etain B; FondaMental Advanced Centers of Expertise in Bipolar Disorders (FACE-BD). Trajectories of functioning in bipolar disorders: A longitudinal study in the FondaMental Advanced Centers of Expertise in Bipolar Disorders cohort

Aust N Z J Psychiatry . 2020 Oct;54(10):985-996. doi: 10.1177/0004867420945796. Epub 2020 Aug 11.

Tamouza R, Krishnamoorthy R, Leboyer M. Understanding the genetic contribution of the human leukocyte antigen system to common major psychiatric disorders in a world pandemic context

Brain Behav Immun . 2020 Oct 5;S0889-1591(20)31108-9.

Drange OK, Smeland OB, Shadrin AA, Finseth PI, Witoelar A, Frei O; Psychiatric Genomics Consortium Bipolar Disorder Working Group, Wang Y, Hassani S, Djurovic S, Dale AM, Andreassen OA. Genetic Overlap Between Alzheimer's Disease and Bipolar Disorder Implicates the MARK2 and VAC14 Genes.

Front Neurosci. 2019 Mar 13;13:220.

Rincel M, Aubert P, Chevalier J, Grohard PA, Basso L, Monchaux de Oliveira C, Helbling JC, Lévy É, Chevalier G, Leboyer M, Eberl G, Layé S, Capuron L, Vergnolle N, Neunlist M, Boudin H, Lepage P, Darnaudéry M. Multi-hit early life adversity affects gut microbiota, brain and behavior in a sex-dependent manner.

Brain Behav Immun. 2019 Mar 11. pii: S0889-1591(18)30570-1.

Godin O, Fond G, Bulzacka E, Schürhoff F, Boyer L, Myrtille A, Andrianarisoa M, Aouizerate B, Berna F, Capdevielle D, Chereau I, Dorey JM, Dubertret C, Dubreucq J, Faget C, Lancon C, Leignier S, Mallet J, Misdrahi D, Passerieux C, Rey R, Roux P, Vidailhet P, Costagliola D; FACE-SZ (FondaMental Academic Centers of Expertise for Schizophrenia) group, Leboyer M, Llorca PM. Validation and refinement of the clinical staging model in a French cohort of outpatient with schizophrenia (FACE-SZ).

Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2019 Jan 10;92:226-234

Pape K, Tamouza R, Leboyer M, Zipp F. Immunoneuropsychiatry - novel perspectives on brain disorders.

Nat Rev Neurol. 2019 Apr 15. doi: 10.1038/s41582-019-0174-4

Ji E, Guevara P, Guevara M, Grigis A, Labra N, Sarrazin S, Hamdani N, Bellivier F, Delavest M, Leboyer M, Tamouza R, Poupon C, Mangin JF, Houenou J. Increased and Decreased Superficial White Matter Structural Connectivity in
Schizophrenia and Bipolar Disorder.

Schizophr Bull. 2019 Apr 6. pii: sbz015.

Sarrazin S, Poupon C, Teillac A, Mangin J3, Polosan M, Favre P3, Laidi C, Albis MA, Leboyer M, Lledo PM, Henry C, Houenou J. Higher in vivo Cortical Intracellular Volume Fraction Associated with Lithium Therapy in Bipolar Disorder: A Multicenter NODDI Study.

Psychother Psychosom. 2019 Apr 5:1-6.

Tamouza R, Bennabi M, Oliveira J, Hamdani N, Etain B, Manier C, Mariaselvam C, Bengoufa D, Bellivier F, Henry C, Kahn JP, Krishnamoorthy R, Charron D, Leboyer M. HLA genetic diversity in bipolar disorder: a case-control study.

Acta Psy Scandinavica, 04 june 2018

Bennabi M, Gaman A, Delorme R, Boukouaci W, Manier C, Scheid I, Mohammed N, Bengoufa D, Charron D, Krishnamoorthy K, Leboyer M, Tamouza R. HLA-class II haplotypes and Autism Spectrum disorders.

Sci Rep. 2018 May 16;8(1):7639

Jezequel J, Lepleux M, Kahn RS, Honnorat J, Leboyer M, Groc L. Molecular pathogenicity of Anti-NMDAR autoantibody from patients with first episode psychosis.

Am J Psychiatry, 2018, Apr, 175(4) : 382-381

Jézéquel J, Johansson EM, Gréa H, Rogemond V, Spatola M, Kellermayer B, Hamdani N, Le Guen E, Rabu C, Mathias E, Lepleux M, Bouchet D, Yolken R, Tamouza R, Dalmau J, Honnorat J, Leboyer M, and Laurent Groc L. Dynamic disorganization of synaptic NMDA receptors triggered by autoantibodies from psychotic patients.

Nature Communication, 2017 Nov 27;8(1):1791

Jezequel J, Rogemond V, Pollak T, Lepleux M, Jacobson L, Grea H, Ivegebe C, Kahn R, Mcguire P, Vincent A, Honnorat J, Leboyer M and Groc L. Cell- and single molecule-based methods to detect anti-NMDA receptor autoantibodies in first episode psychosis patients from the OPTiMiSE project.

Biological Psychiatry, 2017 Nov 15;82(10):766-772

Oliveira J, Oliveira-Maia AJ, Tamouza R, Brown AS, Leboyer M. Infectious and immunogenetic factors in bipolar disorder.

Acta Psychiatr Scand. 2017 Oct;136(4):409-423. doi: 10.1111/acps.12791

Houenou J, Boisgontier J, Henrion A, d'Albis MA, Dumaine A, Linke J, Wessa M, Daban C, Hamdani N, Delavest M, Llorca PM, Lançon C, Schürhoff F, Szöke A, Le Corvoisier P, Barau C, Poupon C, Etain B, Leboyer M, Jamain S. A multi-level functional study of a SNAP25 at-risk variant for bipolar disorder and schizophrenia.

J Neurosci. 2017 Oct 25;37(43):10389-10397. doi: 10.1523/JNEUROSCI.1040-17.2017. Epub 2017 Oct 2

Laidi C, Boisgontier J, Chakravarty MM, Hotier S, d'Albis MA, Mangin JO, Devenyi GA, Delorme R, Bolognani F, Czech C, Bouquet C, Toledano E, Bouvard M, Gras D, Petit J, Mishchenko M, Gaman A, Scheid I, Leboyer M, Zalla T, Houenou J. Cerebellar anatomical alterations and attention to eyes in autism.

Sci Rep. 2017 Sep 20;7(1):12008. doi: 10.1038/s41598-017-11883-w.

Henry C, Godin O, Courtet P, Azorin JM, Gard S, Bellivier F, Polosan M, Kahn JP, Roux P, Aubin V, Costagliola D, Leboyer M, Etain B; FACE‐BD collaborators. Outcomes for bipolar patients assessed in the French expert center network: A 2-year follow-up observational study (FondaMental Advanced Centers of Expertise for Bipolar Disorder [FACE-BD]).

Bipolar Disord. 2017 Sep 12. doi: 10.1111/bdi.12539

Ellul P, Groc L, Tamouza R, Leboyer M. The clinical challenge of autoimmune psychosis : learning from anti-NMDA receptor autoantibodies.

Frontiers in psychiatry 19 april 2017, 8:54, doi: 10.3389/fpsyt.2017.00054

Leboyer M, Berk M, Yolken RH, Tamouza R, Kupfer D, Groc L. Immuno-psychiatry: an agenda for clinical practice and innovative research.

BMC Med. 2016 Oct 28;14(1):173. doi:10.1186/s12916-016-0712-5

Katz J, D'Albis MA, Boisgontier J, Poupon C, Mangin JF, Guevara P, Duclap D, Hamdani N, Petit J, Monnet D, Le Corvoisier P, Leboyer M, Delorme R, Houenou J. Similar white matter but opposite grey matter changes in schizophrenia and high-functioning autism.

Acta Psychiatr Scand. 2016 Jul;134(1):31-9. doi: 10.1111/acps.12579

Godin O, Leboyer M, Gamana A, Aouizerate B, Berna F, Brunel L, Capdevielle D, Chereau I, Dorey J.M, Dubertret C, Dubreucqa J, Faget C, Gabayet F, Le Strat Y, Llorca P.M, Misdrahi D, Rey R, Richieri R, Passerieux C, Schandrin A, Schürhoff F, Urbacha M, Vidalhet P, Girerdo N, Fond G, the FACE-SZ group. Metabolic syndrome, abdominal obesity and hyperuricemia in schizophrenia : Results from the FACE-SZ cohort.

Schizophrenia Research. 2015 Oct;168(1-2):388-94

d'Albis MA, Houenou J. The Kraepelinian dichotomy viewed by neuroimaging.

Schizophr Bull. 2015 Mar;41(2):330-5.

 

Documentation