Publication dans Clinical Cancer Research d’une étude dirigée par le Dr J. Calderaro ,(équipe J-M. Pawlotsky) montrant que des modifications immunes surviennent très tôt au cours de la transformation maligne sur foie cirrhotique

Le carcinome hépatocellulaire est responsable d’un tiers des décès liés au cancer dans le monde, et se développe le plus souvent dans un contexte d’inflammation chronique. Si le micro-environnement immunitaire des tumeurs joue un rôle déterminant dans leur évolution et  fait l’objet de nombreuses études, le rôle de l’immunité au cours des étapes précoces dans la cancérogenèse reste peu étudié. Dans une étude dirigée par le Dr Julien Calderaro (Département de Pathologie, Inserm U955 Equipe Pawlotsky) et réalisée en collaboration avec le centre de recherche des Cordeliers, les auteurs montrent que des modifications immunes surviennent très tôt au cours de la transformation maligne sur foie cirrhotique. Des agrégats de cellules immunitaires, appelés “structures lymphoïdes tertiaires” ont ainsi été identifiés dans un pourcentage significatif de lésions hépatiques pré-néoplasiques. De manière intéressante, les auteurs observent également une augmentation de l’expression de cytokines pro-tumorales et d’inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (TIM3, PDL1). Ces données suggèrent que les premières étapes de la transformation maligne sont capables d’induire des réponses immunes anti-tumorales, mais que l’expression concomitantes  de différentes molécules inhibitrices favorise leur échappement. Le renforcement de ces réponses pourrait être envisagé pour prévenir la survenue de certains cancers.
Lien vers l’article : Clinical Cancer Research, 8 avril 2020
Share