Le SARS-CoV-2 induit la sénescence des cellules pulmonaires : Impact potentiel sur la maladie pulmonaire COVID-19

Larissa Lipskaïa, Emmanuelle Born, Serge Adnot de l’équipe “Sénescence, métabolisme et maladies cardiovasculaires” de Geneviève Derumeaux, en collaboration avec des équipes du CEA de Saclay, de l’Institut Curie, du Centre de Rechercher en Cancérologie de Lyon, et de l’Institut Pasteur de Lille, viennent de publier un article paru dans la revue American Journal of Respiratory Cell and Molecular Biology (AJRCMB) du 11 octobre 2021.

 

Les auteurs de cette publication ont émis l’hypothèse que la sénescence cellulaire, un processus de vieillissement fondamental qui joue un rôle central dans la détérioration de la santé et les maladies, en particulier celles ciblant le poumon, est impliquée dans la pathogenèse de la maladie pulmonaire induite par le SRAS-CoV-2, y compris le développement d’altérations pulmonaires durables.

Les résultats de cette étude confirment également que la sénescence est un mécanisme majeur dans la pathogenèse de COVID-19 et d’autres infections virales, et suggèrent que la persistance de cellules pulmonaires sénescentes après la disparition du virus peut contribuer à des maladies pulmonaires post-virale, à savoir l’emphysème ou la fibrose.

 

Accès à la publication

Share