Immunopathologie rénale et immunomodulation en transplantation

Contacts


Notre équipe comporte deux groupes de chercheurs impliqués dans deux thématiques distinctes mais complémentaires

 

Immunopathologie rénale (D. Sahali)

Figure 1 Page SahaliLe syndrome néphrotique idiopathique (SNI) à rechutes définit un groupe de glomérulopathies chroniques caractérisées par une protéinurie massive et une hypoalbuminémie. Le diagnostic est histologique et permet d’identifier essentiellement deux formes : le syndrome néphrotique à lésions glomérulaires minime et la hyalinose segmentaire et focale. La pathogénie reste inconnue mais il est actuellement admis qu’il s’agit d’une maladie immunologique à expression rénale. Les travaux menés dans le laboratoire visent à élucider les mécanismes immunopathologiques responsables des lésions podocytaires. A côté de ce projet phare de l’équipe, nous étudions également les mécanismes des glomérulopathies induites par les traitements anti-cancéreux ciblant les récepteurs tyrosine kinases.

-L’utilisation de plusieurs approches comme le criblage soustractif et différentiel suivi de clonage ainsi que la protéomique différentielle nous a permis d’identifier des gènes d’intérêt dont l’étude a conduit à générer des modèles murins de surexpression ou d’invalidation conditionnelle, disponibles dans le laboratoire.

-Un autre projet de recherche basé sur des analyses protéomiques et lipidomiques des surnageants de lymphocytes ou à partir de biopsies rénales de patients atteints de SNI vise à identifier des biomarqueurs de la récidive du SNI après transplantation rénale ainsi que des biomarqueurs des lésions glomérulaires induites par les inhibiteurs des récepteurs tyrosine kinases. L’approche protéomique combine le marquage des peptides obtenus par digestion enzymatique, l’électrophorèse bidimentionnelle suivie par une chromatographie liquide et une analyse par spectrométrie de masse. L’approche lipidomique est basée sur une analyse par MALDI-TOF/TOF.

Retombées attendues

L’identification des facteurs causant le SNI peut avoir un impact majeur dans plusieurs domaines de la néphrologie et la transplantation :

Diagnostic: le diagnostic de SNI repose actuellement sur des critères histologiques. L’identification du facteur causal permettra de faire un diagnostic plus précis, de suivre l’évolution de la maladie et de prévoir les récidives. Il permettra en particulier de déceler le risque de récidive après transplantation chez les patients en dialyse.
Thérapeutique : des perspectives thérapeutiques nouvelles peuvent être envisagées, basées sur une biothérapie spécifique.

 

Valorisation

Elle porte essentiellement sur le développement de tests ELISA et sur l’identification de biomarqueurs prédictifs des complications rénales induites par les traitements anti-angiogénniques


 

Immunomodulation en transplantation (J. Cohen)

Notre objectif général est d’améliorer notre compréhension du système immunitaire lorsqu’il est confronté à une greffe d’organe solide ou de cellules. Notre programme se concentre sur trois axes principaux:
Figure 2 Page Sahali-l’identification des mécanismes moléculaires et cellulaires du système immunitaire conduisant à un rejet de l’organe greffé ou au développement de la maladie du greffon contre l’hôte, ou bien inversement à un état de tolérance, à travers l’analyse des différentes cohortes de patients greffés;

 

-le développement de stratégies d’immunomodulation utilisant notamment les lymphocytes T CD4+CD25+Foxp3+ immunorégulateurs (Treg), acteur central de la tolérance immunitaire ou plus récemment sur une population de cellules B régulatrices nouvellement décrite.

 

-l’élaboration de stratégies de préservation des organes afin de réduire le syndrome d’ischémie-reperfusion (I/R) et ce en lien avec la réponse immunitaire subséquente.

 

Nous profitons d’une spécificité unique de notre hôpital qui réalise tous les types de transplantation et de notre environnement qui comprend un centre d’investigation clinique en biothérapie dédié entière au développement des essais cliniques dans le domaine de la transplantation et ce en lien avec notre recherche fondamentale.
Cette structure nous permet de porter l’essentiel de nos projets de recherche « de la paillasse au patient ».

 

Principaux projets

-Modulation par manipulation des Treg de la réponse immunitaire dans la greffe de cellules souches allogéniques (José Cohen, Sébastien Maury)

-Rôle de Breg dans la tolérance en transplantation (Philippe Grimbert)

-Effet suppresseur de faibles doses d’IL-2 en transplantation (José Cohen, Philippe Grimbert, Sébastien Maury).

-Induction de tolérance induite par les cellules apoptotiques (Caroline Pilon, José Cohen, Philippe Grimbert)

-Analyse transcriptomique dynamique chez les patients transplantés rénaux (Philippe Grimbert, Marie Matignon)

-Stratégies de réduction de I / R blessures en transplantation rénale et hépatique (Philippe Compagnon, Daniel Azoulay).

Valorisation

-3 essais cliniques en cours (PHRC)

-3 brevets

-1 projet soutenu par la SATT ILE DE FRANCE INNOV

Share